Israël est une terre merveilleuse qui rassemble sous son étoile bleue tous les juifs du monde entier. Mais le monde est grand et parsemé d’ethnies aussi semblables que différentes. Et quoi de plus fun que de découvrir toutes ces facettes d’un même peuple du fond de son fauteuil, tranquillement installé sous un bon plaid en pilou ?

Les Black Hebrew Israelite

Israël est une terre d’accueil pour tous les juifs, qu’ils soient blonds ou bruns, basanés ou blancs comme un cachet d’aspirine, et qu’ils aient les yeux bleus ou violets. C’est un pays qui ouvre grand ses bras pour les sémites, les ashkés et leurs éternels confrères les sépharades, et surtout, ceux abusivement nommés les « juifs noirs ».
Si le magazine que vous tenez entre les mains vous a longuement parlé de l’une de ces catégories de « juifs noirs » – à comprendre les éthiopiens, GOLDA ne souhaite pas négliger cette autre branche de l’Identité Noire que nous nous sommes efforcés de raconter à travers ces pages.
Rappelons que l’Identité Noire est un principe né aux États-Unis durant l’esclavagisme. Autrement qu’une ascendance génétique et une civilisation aux origines africaines, cette identité est également un mouvement de reconnaissance humaine. Si, pour la plupart, les membres de ce mouvement se sont arrêtés à une reconnaissance civique, une portion de cette population s’est découvert une identité religieuse analogique.
En effet, beaucoup d’esclaves Noirs ont reconnu en leur esclavagisme aux mains des Blancs une récurrence ancestrale. Tout comme le peuple juif fut esclave des égyptiens avant d’en être libéré et d’être reconnu en tant que peuple élu, les Black Hebrew Israelite ont émergé de leur libération, conquis par le traditionalisme judaïque de l’Ancien Testament. Se référant aux origines, ils bannissent le christianisme tout en absorbant les différentes traditions culturelles et religieuses des plus larges populations noires d’Amérique.


Dimona, centre principal

Le mouvement African Hebrew Nation of Jerusalem est né dans les années 60 par un ouvrier métallurgique de Chicago. Ce mouvement, aussi appelé Original Hebrew Israelite Nation, revendique son ascendance du peuple hébreu original et l’émigration en Israël.
Toutefois, et malgré une présence importante à Dimona, dans le sud d’Israël, cet exode n’est pas un impératif et il existe plusieurs communautés à travers le monde, principalement aux États-Unis, vivant dans un mode de vie communautaire à l’image des kibboutz israéliens, alliant les traditions noires à une alimentation végétalienne et biologique.

L’Identité face au reste du monde

Malgré leur très forte revendication religieuse, les African Hebrew Israelite ne sont pas reconnus comme étant des juifs par l’état hébreu. De fait, l’émigration et la reconnaissance d’une nationalité israélienne n’a pas toujours été facile, laissant notamment les nouvelles générations dans un flou juridique problématique qui connaît des améliorations comme des récessions, notamment du fait de leur catégorisation en « culte », ou « secte » dans le pire des cas lorsque ceux-ci affirment se considérer « hébreux, comme nos ancêtres » et non « juifs ».

Israël étant un état moderne et humaniste, les nouvelles générations ont tendance à favoriser l’intégration israélienne, activement soutenu par la presse, notamment par GOLDA Magazine qui vous fait découvrir l’identité juive dans toute sa diversité.

- Publicité -